Procédure de sauvegarde : réaction

Depuis des mois, la CFE CGC s’est gardée de faire des commentaires opportunistes sur l’actualité financière et médiatique du Groupe CASINO, en particulier en période électorale. Nous ne faisons pas de politique. Nous ne souhaitons pas affaiblir inconsciemment notre société attaquée sur les marchés financiers par des fonds spéculatifs ou des concurrents attentistes, et faire obstruction aux décisions de la direction pour trouver les bonnes solutions. Et il y en a !

Cependant à défaut de dialogue social constructif et transparent sur l’avenir de nos activités et des salariés, après les doutes sur les justifications des multiples annonces d’innovations adaptées à nos clients, de cession de magasins ou d’activités pour un « désendettement », la CFE CGC sort de sa réserve en réagissant sur l’ouverture d’une procédure de sauvegarde concernant Rallye et ses filiales, la Foncière Euris et Finatis ; les holdings actionnaires du Groupe CASINO.

Pour rappel, l’encadrement a été soumis depuis ces dernières années à une pression sur les résultats, à une baisse de moyens, a été écartés des stratégies commerciales et du partage des bénéfices avec les actionnaires. De plus, les salariés du Groupe CASINO ont contribué à l’acquisition de CDISCOUNT, de MONOPRIX, des activités en Amérique du Sud … etc. La CFE CGC est donc aujourd’hui en droit de faire un bilan, d’obtenir de la direction des explications et un plan d’actions pour pérenniser les activités d’un groupe de distribution historique en France.