Chômage partiel : le retour

Bien que la fermeture administrative des rayons non-essentiels ne concerne pas l’intégralité du secteur non-alimentaire, la Direction a décidé, sans concertation préalable des Instances Représentatives du Personnel, de mettre en chômage partiel 100% des employés affectés à ce secteur.

Déjà fragilisés par des réductions d’effectifs, impactés par la pandémie et le confinement, asphyxiés par la suractivité des drives, nos points de vente sont à nouveau amputés de moyens humains:

    • Les employés polyvalents du non-alimentaire ne sont plus là pour aider leurs collègues de l’alimentaire
    • Le recours au chômage partiel interdit l’utilisation de CDD ou d’intérimaires
    • La charge de travail est reportée sur l’encadrement
    • L’accueil des clients et le service sont fortement dégradés

En assurant le complément de salaire, la Direction achète la paix sociale . Elle choisit ainsi de recourir sans aucun discernement au chômage partiel, et ce au détriment des conditions de travail de l’encadrement qui assume seul la préparation des fêtes de fin d’année et la gestion des inventaires.

800 salariés en chômage partiel chez Géant

10 % de nos effectifs absents de nos magasins