Nos gérants mandataires mentionnés dans le discours de M. Edouard Philippe, Premier ministre, à l’occasion de la conférence annuelle du CESE des 11 et 12 juillet 2017 – Extrait

En plus de ces thèmes, je vous propose, monsieur le président, mesdames et messieurs les conseillers, de prendre, ensemble, un peu d’avance sur le futur, en tous cas sur le futur proche. Ce futur proche prend la forme de trois sujets de réflexion sur lesquels le Gouvernement souhaite recueillir vos avis.
• Le premier concerne le travail indépendant. Son développement n’est déjà plus un phénomène de société. Il est une tendance lourde de notre économie, un gisement considérable d’emplois et d’activités. Nous devons l’organiser. Je dis bien « organiser », pas « freiner », ni « entraver », encore moins « interdire », mais « organiser ».
Dans mon esprit, « organiser » implique de respecter au moins une exigence : celle d’offrir à ces travailleurs indépendants des garanties comparables – pas forcément les mêmes- à celles des salariés. Le Gouvernement prendra ses responsabilités en leur ouvrant un accès à l’assurance chômage. Mais les donneurs d’ordre doivent aussi y contribuer. Des donneurs d’ordre qui, bien souvent, hésitent à avoir recours à des travailleurs indépendants de peur de voir ces contrats requalifiés.
La loi travail d’août 2016 a déjà permis aux collaborateurs de plateformes de services d’accéder à la négociation collective, à la prise en charge de droits dans le domaine de la protection du travail et à la formation professionnelle. La négociation collective peut également apporter des réponses. Le sujet n’est pas nouveau. Les gérants non-salariés de succursales alimentaires ou les agents d’assurance bénéficient depuis longtemps de garanties conventionnelles. Reste à savoir qui est légitime pour négocier dans ces domaines.
Ces questions méritent une réflexion approfondie de votre part. Une réflexion qui pourrait par exemple se nourrir d’expériences étrangères, en particulier espagnoles et italiennes. Dès le mois de septembre, le Gouvernement conduira une concertation avec les partenaires sociaux dans le but d’engager, au printemps 2018, la réforme de la sécurisation des parcours professionnels.
Lien du discours complet :

http://www.lecese.fr/content/discours-de-m-edouard-philippe-premier-ministre

On est mal, Patron, on est mal chez Leader Price …

Vous êtes aujourd’hui Directeurs(trices) d’un magasin LEADER PRICE. Depuis longtemps, vos conditions ne cessent de se dégrader et vous êtes nombreux à penser avoir touché le fond face aux décisions aléatoires d’une Direction pleine de certitude, très loin des réalités du terrain et d’un management bienveillant.

La fonction que vous occupez n’est plus en adéquation avec la fiche de poste pour laquelle LEADER PRICE vous a embauchés et pour laquelle vous vous êtes engagés. La Direction vous a déresponsabilisés de toutes les décisions que doit prendre dans le commerce un Directeur de magasin. On attend de vous d’exécuter sagement les actions demandées, de faire des YOOBICS (suivi en temps réel des opérations commerciales …), d’installer de la PLV, de remplir les rayons, de tenir une caisse, d’entretenir les espaces verts, de compenser votre manque de personnel, d’expliquer votre démarque inconnue alors qu’on vous a retirés les budgets de gardiennage, la démarque connue du fait des flux
poussés, … etc. Et vous espérez encore le jeudi soir la validation de vos demandes d’intérimaires pour la semaine suivante … .

Alors que les activités de distribution dites « Discount » sont reconnues dans le monde pour être très organisées, rigoureuses et exemplaires …, vous êtes tous les jours confrontés chez LEADER PRICE à une possible baisse de vos cibles, validée par des technologies centralisées et non maîtrisées.

LE CHOIX MALIN POUR VIVRE BIEN, APPELEZ LA CFE-CGC DES DEMAIN

Gérant Mandataire, un statut en voie de disparition …

Femmes et Hommes d’un Petit Casino, d’un Casino Shop, d’un Spar, d’un Leader Price Express, d’un Vival comme vous tous, nous nous battons au quotidien pour votre avenir, vos droits et votre statut de Gérant Mandataire Non Salarié. Casino Proximités est dans notre ADN, nous dialoguons sans cesse avec la Direction pour défendre les intérêts professionnels et sociaux des Gérants Mandataires.

MAIS, TROP C’EST TROP !!!!!
NOUS NE VOULONS PAS FINIR COMME DIA !!!!! N’EN DÉPLAISE A CERTAINS…

Depuis un an et demi, la CFE-CGC n’a eu de cesse de dénoncer en CCE les stratégies aléatoires, les résultats catastrophiques, les nouveaux concepts trop onéreux, le service commercial transformé en service travaux, les certitudes de la direction d’exploitation, le manque de considération de cette même direction envers les Gérants, la baisse exponentielle du nombre de Gérants,…

MAIS HELAS, C’EST TOUJOURS PAREIL, RIEN NE BOUGE !!!!
ILS VEULENT TOUT FRANCHISER !!!!!!
ILS NE VEULENT PLUS DE NOTRE STATUT !!!!!!

Pourtant lors du discours de M. Edouard Philippe, Premier Ministre, à l’occasion de la conférence annuelle du CESE du 11 juillet 2017, le statut de Gérant Mandataire Non-Salarié de succursales alimentaires a été évoqué comme gisement d’emplois et d’activités à organiser.

Comme le Premier Ministre, à la CFE-CGC, nous réaffirmons notre croyance au Statut de Gérant et nous faisons des propositions à la Direction car nous sommes des Commerçants et que nous ne baisserons jamais les bras, même si pour l’instant la Direction reste figée sur ce contrat depuis 100 ans.

Pour exemples, voici nos demandes récentes :

  1. Des commissions supplémentaires par rapport à l’évolution du CA
  2.  L’augmentation de l’aide au développement pour les GMNS employeurs
  3.  Une commission supplémentaire de 6% attribuée sur le chiffre d’affaires réalisé le jour férié
  4.  Une bonification supplémentaire de 0,2% sur le chiffre du 1er décembre au 30 novembre pour les GMNS faisant le choix de s’auto-remplacer
  5.  Nous réclamons un taux de commission différencié en fonction des heures d’ouverture supplémentaires demandées par la direction.
  6. Nous demandons d’avoir 5 prix libres en FL, sans prix de vente imposé, un bouquet de fleur non freinté.
  7. Nous demandons l’ouverture d’un compte casino pour recevoir nos CB et du coup avoir 0€ de frais bancaires.
  8. Nous demandons de donner la possibilité à tous les GMNS de recevoir une indemnité lorsqu’ils ne souhaitent pas bénéficier de l’appartement de fonction. Elle serait calculée par rapport à la valeur locative dans un rayon de 3km et en tenant compte de la composition familiale.
  9. Etc…

POUR TOUTES CES RAISONS, ET POUR ÊTRE CONSEILLÉS CORRECTEMENT, CONTACTEZ NOUS ET ADHÉREZ À LA CFE-CGC